Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 08:57

Alors que ni les municipalités de Pantin et du Pré Saint-Gervais, ni Est Ensemble n'ont respecté la loi en ne créant pas le conseil citoyen qui aurait permis aux habitants du quartier des Sept-Arpents-Stalingrad de peser sur le protocole de préfiguration, le maire de Pantin convie à la va-vite une réunion avec les locataires du 21, rue Auger. Enfin! Cerise sur le gâteau, c'est pour parler relogement. De qui se moque-t-on? 

La CNL a répondu au maire.

 

objet : réunion d'échanges concernant la rénovation urbaine de l'îlot 27

 

Monsieur le Maire,

Les locataires du 21, rue Auger ont bien reçu le courrier nominatif les conviant à une réunion d'échanges le 31 mars prochain. Nous nous félicitions que leur avis soit recueilli, ce qui jusque-là n'avait pas été le cas. Mais le cadre proposé n'est pas satisfaisant.

 

Il pose un problème de fonds et un problème de forme.

 

Le problème de forme, c'est que la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion sociale, qui prescrit la mise en place d'un conseil citoyen dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville, n'a pas été respectée. Nous avons saisi le préfet de la Seine-Saint-Denis et le directeur de l'ANRU pour les en informer et exiger une véritable concertation.

 

Sur le fonds, à partir du moment où l'ordre du jour défini unilatéralement intègre la question du relogement, il s'agit d'acter la démolition du 21, rue Auger. Or, les locataires, dans leur majorité, refusent la démolition. Ils n'ont donc pas l'intention de discuter relogement, mais respect de la loi.

 

La circulaire du 2 février 2017 relative aux conseils citoyens est explicite. Nous attendons donc qu'un conseil citoyen soit mis en place dans les plus brefs délais, afin d'instaurer un véritable travail collaboratif où l'avis de tous les protagonistes s'exprimera.

 

Dans l'attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Maire, l'expression de nos sentiments distingués.

 

Caroline ANDREANI Administratrice CNL de Pantin Habitat

 

 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 08:53

Après avoir lu attentivement le protocole de préfiguration adopté par Est Ensemble fin 2016, la CNL détaille toutes les affirmations sujettes à caution concernant la situation du quartier des Sept-Arpents.

 

 

A l’attention de Monsieur GRIVEL, Directeur général

 

objetprotocole de préfiguration NPNRU Est Ensemble

                Pantin et le Pré Saint-Gervais

                Les Sept-Arpents-Stalingrad (PRIR-QP093023)

 

Monsieur le Directeur général,

 

Les locataires du 21, rue Auger à Pantin souhaitent attirer votre attention sur plusieurs points relatifs au « Protocole de préfiguration NPNRU Est Ensemble-novembre 2016 » concernant le quartier des Sept-Arpents-Stalingrad situé à Pantin et au Pré Saint-Gervais.

On peut se demander pourquoi un QPV rassemblant deux quartiers aussi différents que les Sept-Arpents et l'îlot 27, sans cohésion entre eux puisque séparés par une nationale à quatre voies, a été ainsi créé.

La procédure de co-construction, introduite par la loi du du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion sociale qui prescrit la mise en place d'un conseil citoyen dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville, n'a pas été respectée.

En effet, le maire de Pantin a annoncé lors d’une réunion de quartier le 17 octobre 2016 la destruction d'un immeuble de 63 logements sociaux, 21, rue Auger à Pantin, sans que les locataires du bailleur Pantin Habitat en aient été informés au préalable, ni le conseil d'administration de Pantin Habitat où siègent des représentants des associations représentatives des locataires, la CNL et la CLCV. L’annonce du projet de démolition de l’immeuble est arrivée par le biais d’un dépliant municipal déposé dans les boites aux lettres le 31 octobre 2016. Le 14 novembre, un courrier non nominatif signé par un adjoint au maire et par la présidente de Pantin Habitat, informait de la démolition et des modalités de déménagement.

Le protocole de préfiguration d'Est Ensemble cite la création de conseils citoyens et d’une maison des projets qui auraient dû voir le jour au premier trimestre 2016. A ce jour, aucune de ces deux structures, expressément prévues par la loi, n’existe.

Puisque les habitants n'ont été ni informés, ni consultés, et qu'ils n'ont pas pu participer à la co-élaboration du protocole de préfiguration, nous tenons à contester plusieurs points du diagnostic  concernant le quartier des Sept-Arpents-Stalingrad, principalement à propos de l'îlot 27 à Pantin.

  1. « L’îlot 27 est un ensemble bâti contrastant avec le tissu faubourien qui l’entoure ». (page 15)

L’îlot 27 est entouré tout le long de la rue Auger par les immeubles de la société Hermès construits en plusieurs phases de 1991 à 2015. Il comprend l'immeuble d'habitation du Trisolaire construit en 1978, la Tour Essor, tour de bureaux construite en 1977, des immeubles du bailleur social le Logement français construits en 1988 et des immeubles de l'office public de l'habitat Pantin Habitat qui datent des années 1980.

Le tissu faubourien a disparu depuis bien longtemps dans le quartier, notamment sous l'action d'Hermès qui a racheté le patrimoine diffus, a rasé l'ensemble et reconstruit des centaines de m² de bureaux. Plusieurs opérations immobilières d'accession à la propriété ont vu le jour, changeant radicalement la physionomie du quartier.

  1. « dalle, sentiment d’insécurité » (page 15)

Il existe dans le quartier de l'îlot 27 des trafics, comme dans le reste de la ville, et comme dans de nombreuses autres communes du département. Affirmer comme un fait établi que la démolition d'un seul immeuble – où habitent des personnes parfaitement insérées dans le tissu social et économique de la ville – permettra de faire reculer le « sentiment d'insécurité » relève de l'incantation et d'un défaut d'analyse des causes des trafics.

Aucune opération ANRU n'a jamais résolu en elle-même le problème de l'économie parallèle générée par la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale.

  1. « Équipements et commerces déqualifiés » (page 15)

Peu de quartiers pantinois possèdent autant d’équipements publics et de commerces de proximité. L’îlot 27 comprend de nombreux équipements publics : la crèche Lempereur, l’école Eugénie Cotton, la maison de quartier Ourcq, la ludothèque. L’îlot 27 est situé en face du Stade Jules Ladoumègue et de son gymnase situés sur l’emprise foncière de Paris du côté de périphérique attenant à Pantin.

De nombreux commerçants sont situés à proximité de l'îlot 27. Peut-on qualifier les magasins Leclerc et Franprix de « commerces déqualifiés » ? Le quartier comprend deux boulangeries, deux pharmacies, deux banques, des restaurants… Par ailleurs, la municipalité peut préempter les fonds de commerce si elle le souhaite afin d'implanter des commerces « qualifiés ».

  1. « enclavement » (page 15) ; « Ouvrir l’îlot 27 au tissu urbain environnant […] y attirer des habitants extérieurs à l’îlot […] à travers des actions de résidentialisation » (page 40)

L'argument de l'enclavement du quartier de l'îlot 27 qui sert de prétexte à la démolition de l'immeuble 21, rue Auger ne tient pas. Situé en zone limitrophe de Paris, l’îlot 27 est fortement connecté au tissu urbain environnant, à quelques minutes du métro et du tramway T3, du parc de La Villette, de la Cité des Sciences et de l'Industrie, du Zénith et de La Philarmonie, à dix minutes à pied de la mairie de Pantin.

Par contre, le projet de résidentialisation de l’ensemble des immeubles d’habitation qui composent l’îlot 27 peut contribuer à restreindre les contacts qui existent entre les habitants des différents groupes d’immeubles.

  1. « requalification de l'ouvrage-dalle » (page 40)

L'ouvrage-dalle de l'îlot 27, qui supporte plusieurs groupes d'immeubles d'habitation (deux bailleurs sociaux, Pantin Habitat et le Logement français, une copropriété, le Trisolaire) et la tour de bureaux Essor, est géré par un syndic de copropriété, l'Association syndicale libre. La mairie de Pantin souhaiterait effectuer des travaux (reprise d’étanchéité et reprise de la surface et des parkings), mais ceux-ci ne sont pas à l'ordre du jour de toutes les copropriétés.

Le maire souhaite faire prendre en charge à hauteur de 50 % ces travaux par le NPNRU. Si des problèmes de structure graves étaient avérés (ce que seule une étude technique – d'ailleurs programmée dans le protocole de préfiguration – permettrait de vérifier), la mairie peut avoir recours à un arrêté de péril qui obligerait les copropriétaires à réaliser les travaux.

  1. « Encourager la mixité sociale […] sur le quartier, à prix maîtrisés. Ainsi, les opérations d’accession à la propriété seront privilégiées » (page 40)

Le protocole affirme vouloir privilégier la mixité sociale. Mais en mettant la focale sur le seul îlot 27, on ne voit pas que tout le quartier depuis la porte de Pantin jusqu'à la rue Auger fait l'objet de programmes d'accession à la propriété qui changent la population de la ville. C'est justement en maintenant du logement social que l'on préservera la mixité sociale qui est en train de disparaître du quartier.

D'ailleurs, de quelle mixité sociale parle-t-on ? Le m² à l’achat dans ce quartier est très cher, et inaccessible à la classe moyenne, surtout aux locataires du parc social pour qui l'accession est inenvisageable. Loin de favoriser la mixité sociale, le projet permettra au contraire d'accélérer le processus de gentrification à l’œuvre dans toute la ville de Pantin.

  1. « Une étude pré-opérationnelle habitat privé dégradé et focus sur la gestion financière et le fonctionnement de la copropriété du Trisolaire sur l’îlot 27 » (page57)

Le Trisolaire est une copropriété que l'on peut difficilement qualifier d'habitat privé dégradé. Le conseil syndical est-il au courant de cette étude ?

Nous avons écrit au Préfet de Seine-Saint-Denis afin que les dispositifs de co-élaboration prévus par la loi soient respectés, au premier chef la création du conseil citoyen et de la maison des projets.

Nous entendons que les habitants de l'îlot 27 soient écoutés, et qu'ils puissent participer, comme il est prévu dans la circulaire du 2 février 2017 relative au conseils citoyens, à la co-élaboration du projet. En effet, la requalification de l'îlot 27 mérite l'implication et la participation réelle des habitants du quartier.

Les locataires du 21, rue Auger, organisés au sein d'une amicale CNL, attendent des réponses à leurs observations et veulent participer à la constitution du conseil citoyen, ainsi qu'aux instances du contrat de ville – comités techniques, comités de pilotage et comités de financeurs –, comme il est prévu par la loi.

Nous nous tenons donc à la disposition de l'ANRU et des instances d'Est Ensemble.

Veuillez agréer, Monsieur le Directeur Général, l’expression de nos sincères salutations.

 

Béatrice RONDEL Présidente de l'amicale CNL

Raymond MOURLON  Président de la section CNL de Pantin

Caroline ANDREANI Représentante des locataires au Conseil d'administration de Pantin Habitat

 

 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 07:06

La CNL interpelle le Préfet afin que les maires de Pantin et du Pré Saint-Gervais respectent la loi et créent un conseil citoyen.

 

Monsieur le Préfet,

 

 

Est Ensemble a publié en novembre 2016 un protocole de préfiguration NPNRU dans lequel sont détaillés plusieurs projets de rénovation urbaine, dont celui qui concerne le quartier des Sept-Arpents-Stalingrad, à cheval sur Pantin et Le Pré Saint-Gervais (PRIR-QP093023).

 

Contrairement à ce que prévoit la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion sociale qui prescrit la mise en place d'un conseil citoyen dans chaque quartier prioritaire de la politique de la ville, et à la circulaire du 2 février 2017, aucun conseil citoyen n'a été créé dans la phase qui précédait l'adoption du protocole début 2016.

 

Nous vous interpellons donc pour que, conformément à la loi, un conseil citoyen soit créé dans le quartier Sept-Arpents-Stalingrad. En effet, les habitants du quartier sont opposés au projet de démolition de l'immeuble situé 21, rue Auger, dans l'îlot 27. Il s'agit d'un immeuble de 63 logements sociaux appartenant au bailleur Pantin Habitat, livré en 1980, qui ne présente aucune caractéristique de vétusté ou de dégradation.

 

Les habitants du quartier contestent la plupart des arguments développés dans le protocole de préfiguration – sécurité, enclavement, déqualification des commerces, absence de mixité sociale, etc. Si les maires de Pantin et du Pré Saint-Gervais avaient respecté la loi en créant un conseil citoyen, nous aurions pu développer ces arguments et peser sur les orientations développées dans le protocole.

 

Nous souhaitons être partie prenante de la création du conseil citoyen afin que sa composition respecte les dispositions de la loi, notamment une représentation de 50 % de citoyens et de 50 % d'associations. Nous serons vigilants à ce que l'amicale CNL du 21, rue Auger et la section CNL de Pantin soient représentées. Pour mémoire, la CNL est la première organisation en terme de représentativité des locataires chez le bailleur Pantin Habitat.

 

Nous voulons, comme le prévoit expressément la circulaire du 2 février 2017, que les représentants du conseil citoyen siègent dans les instances du contrat de ville – comités techniques, comités de pilotage et comités de financeurs.

 

Enfin, nous vous adressons le courrier que nous envoyons à l'ANRU et aux membres du comité technique de la direction de l'habitat et du renouvellement urbain. A défaut d'avoir pu participer à la co-élaboration dans le cadre d'un conseil citoyen, nous entendons informer les différents participants des réserves que nous avons.

 

Nous restons à votre disposition et vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre haute considération.

 

Caroline ANDREANI, administratrice CNL à Pantin Habitat

Marc RUER, Président de la Fédération CNL de Seine-Saint-Denis

 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans activité CNL Pantin
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 18:04

Mercredi 23 février, la Cour des comptes a publié un rapport dans lequel elle livre des propositions pour loger les personnes les plus défavorisées. Ses recommandations sont entièrement tournées vers le matraquage des locataires en place : bail à durée déterminée, abaissement des plafonds, renforcement du surloyer. La CNL dénonce cette méthode qui stigmatise les locataires HLM et n’offre pas de réelles solutions à la crise du logement.

 

La liste des propositions de la Cour des comptes frappe par sa ressemblance avec les idées traditionnelles de la commission européenne ou du lobby des propriétaires immobiliers sur le logement social.

 

La Cour propose la mise en place de baux de courte durée dans le logement HLM. C’est remettre en cause un progrès social important et au cœur du modèle HLM français : le droit au maintien dans les lieux pour les locataires. Ce droit au maintien dans les lieux est l’inverse de la précarité, c’est une conquête du mouvement des locataires qui permet aux habitants d’être sécurisés sur leur avenir résidentiel.

 

Face à la proposition d’abaisser les plafonds d’accès au logement social, la CNL rappelle qu’un couple d’enseignants ou d’infirmiers ne peut pas, le plus souvent, accéder aujourd’hui à un logement social. Un problème pour la mixité de nos quartiers mais une aubaine pour les promoteurs privés, qui voient là de jolies sources de profits.

 

Au moment où chacun constate que nos cités ont perdu en mixité sociale, la cour des comptes suggère de paupériser davantage le logement social. Si ces recommandations étaient appliquées, cela nuirait au pouvoir d’achat de nombreux locataires et au vivre ensemble dans nos quartiers.

 

En définitive, les propositions de la cour des comptes conduisent à pointer du doigt les locataires HLM et surtout à détourner le regard des véritables problèmes. La France est incapable depuis des années de répondre à la demande car elle ne construit pas assez de logements HLM, faute de financements. Dans son livret de propositions « Priorité aux Habitants », la CNL demande des moyens importants pour le logement social et notamment l’augmentation des subventions directes de l’Etat.

 

Pour connaître ces propositions en détails, www.lacnl.com

 

Rejoignez la CNL, soutenez notre action,
signez notre pétition en ligne
Priorité aux habitants sur Change.org.

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans communiqués nationaux
commenter cet article
25 février 2017 6 25 /02 /février /2017 18:00

Monsieur le Maire,

Suite à la réunion d'information tenue le 26 janvier dernier au salon d'honneur de l'hôtel de ville, nous avons le plaisir de vous informer de la création d'une amicale CNL au 21, rue Auger.

Dans le cadre du projet de rénovation urbaine du quartier des Sept Arpents-Stalingrad, l'amicale CNL entend être un interlocuteur incontournable. Comme vous le savez, la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine, dans son titre II intitulé « Nouveau programme de renouvellement urbain », a prévu des dispositions afin d'améliorer la concertation avec les habitants et les locataires dans la cadre du NPNRU.

À ce jour, nous attendons donc que ces dispositions soient mises en place puisque les études pré-opérationnelles et les études programmées sur l'îlot 27 doivent débuter incessamment. Nous attendons notamment la création de conseils citoyens et d'une maison des projets, structures dans lesquelles nous voulons, en tant qu'association représentative des locataires, prendre toute notre place.

Nous avons d'ores et déjà plusieurs interrogations sur la pertinence de la démarche décrite dans le « protocole de préfiguration NPNRU Est ensemble » (novembre 2016), où la copropriété du Tri Solaire est qualifiée de dégradée, ce qui à notre connaissance est faux. En effet, la copropriété du Tri Solaire ne présente aucune des caractéristiques d'une copropriété dégradée, et nous doutons donc que les fonds dégagés dans le cadre du NPNRU puissent être affectés à la rénovation de la dalle. En effet, si celle-ci atteint un tel degré de dégradation qu'elle présente un danger, la mairie peut peut prendre un arrêté de péril ordinaire qui force les copropriétaires, tous solvables, à payer leur quote-part des travaux.

Nous attendons donc avec impatience les résultats des études pré-opérationnelles concernant le Tri Solaire, l'étude technique pré-opérationelle de la dalle, ainsi que l'étude technique et les diagnostics préalables à la démolition du 21, rue Auger.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l'expression de nos salutations distinguées.

Raymond MOURLON, Président de la section CNL de Pantin

Caroline ANDREANI, administratrice CNL au CA de Pantin Habitat

Copies :

  • M. le Président d'Est Ensemble, président du comité de pilotage du contrat de ville

  • Direction Régionale et Interdépartementale de l'Hébergement et du Logement de Seine-Saint-Denis

  • Madame la Présidente de Pantin Habitat

 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans activité CNL Pantin
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 10:10

En octobre, les locataires de l'Ilot 27 (rue Auger, quartier Hoche), ont été conviés à une réunion pour discuter de l'avenir de leur quartier. Quatre jours plus tard, ils recevaient dans leurs boites aux lettres un document de préfiguration du quartier. Surprise : le 21, rue Auger, une cage d'escaliers de 63 logements, avait disparu ! A aucun moment dans la réunion avec le maire, il n'a été question de la démolition de cet immeuble.

Puis, les locataires ont reçu, toujours dans les boites aux lettres, un appel à concertation où ils doivent donner leur avis sur des questions aussi essentielles que le nom de la dalle qui verra le jour une fois leur immeuble détruit...

Interpellé, le premier adjoint au maire explique sans rire qu'il faut faire vite pour pouvoir déposer un dossier ANRU avant la fin de l'année !

Et bien entendu, le conseil d'administration de Pantin Habitat – car le 21, rue Auger appartient à l'office – n'a pas été informé, aucune concertation n'a été organisée avec les associations de locataires.

C'est sans doute cela la concertation à Pantin : prendre les locataires pour la dernière roue du carrosse.

La CNL et la CLCV ont interpellé l'office et le maire. A ce jour, nous n'avons toujours pas de réponse...

Pantin, le 23 novembre 2013

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans activité CNL Pantin
commenter cet article
24 novembre 2016 4 24 /11 /novembre /2016 09:15

Augmentations votées au Conseil d'administration de Pantin Habitat du 19 octobre 2016

 

Les deux administratrices CNL ainsi que l'administratrice CLCV ont voté contre.

 

Adresse

 

1er janvier 2017

1er juillet 2017

Montgolfier

taux de base

0,32%

0,32%

Courtilières

184 à 190 Jean Jaurès

taux de base

0,28 %

0,28 %

Ilot 27 / 23 Auger

taux de base

0,38 %

0,38 %

Ilot 27 / 25 25bis Auger

taux de base

0,45 %

0,42 %

Ilot 27 / 23bis 27 31 Auger

taux de base

0,45 %

0,42 %

Ténine 5-7 Martin Luther King

taux de base

0,54%

0,54%

Charles Auray

taux de base

0,55%

0,53%

Les Pommiers

taux de base

0,61%

0,61%

Les Économiques

taux de base

0,92%

0,94%

taux 1

0,73%

0,73%

taux 2

0,67%

0,69%

taux 3

0,64%

0,66%

Édouard Renouard

PLUS CD

taux de base

0,52%

0,52%


 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com
commenter cet article
9 novembre 2016 3 09 /11 /novembre /2016 06:47

La déclaration de l'administratrice CNL

Nous ne sommes pas d'accord avec les propositions d'augmentations de loyers.

Nous sommes confortés par le rapport de l'ANCOLS qui dit :

  1. que le revenu médian des ménages de Pantin est en dessous de la médiane d'Est Ensemble

  2. que le taux de chômage est supérieur à celui du département

  3. Je cite : « L'analyse de l'occupation du parc de logements à Pantin Habitat fait ressortir un niveau de ressources des locataires significativement inférieur à la moyenne constatée dans l'ensemble des organismes HLM en Île-de-France ».

  4. que 71,1% des ménages de l'office en 2014 disposent des ressources inférieures à 60% des plafonds PLUS contre 54,2% pour l'Île-de-France

Je me félicite que le rapport de l'ANCOLS nous permette de mieux connaître le profil social des locataires de l'Office.

A une époque, le président de l'Office M. Kern avait dit qu'il souhaitait maintenir les loyers d'une fraction du patrimoine de l'office en dessous des plafonds. Il me semble me rappeler que par exemple aux Économiques, les loyers étaient à 85% du plafond. Avec une position, juste de mon point de vue, qui consistait à dire qu'il fallait maintenir des loyers accessibles pour une population en grande difficulté sociale.

Or là, que se passe-t-il ? On répond aux préconisations de la CGLLS et au dogmes fianciers en cours qui consistent à voir un office comme une entreprise privée. Comme il n'y a plus de marge de manœuvre dans la majorité du patrimoine, on décide d'abandonner cette politique qui permet de loger décemment des personnes avec de faibles revenus, des retraités pauvres, des personnes au chômage, des parents isolés...

Je pense qu'en raisonnant uniquement en terme de masses financières, on oublie la vocation première du logement social.

D'autant que dans la dernière période, les revenus des couches populaires se sont érodés, les impôts locaux ont augmenté, on s'attaque aux bénéficiaires d'APL en prenant en compte dans le calcul de leur allocation le peu d'argent mis de côté ou le « patrimoine », ie qu'en fait on rogne sur une aide qui est devenue incontournable dans l'équilibre financier de millions de ménages.

Pour touts ces raisons, nous votons contre les augmentations de loyers.

 

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com
commenter cet article
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 12:55

La Confédération Nationale du Logement se joint à l’appel lancé par la plateforme logement des mouvements sociaux contre le projet de loi Egalité Citoyenneté.

La CNL appelle l’ensemble de ses militants à se mobiliser massivement afin de faire reculer les sénateurs sur ce texte dangereux pour les droits des locataires.

Rendez-vous :

Mardi 4 octobre, 17h, Fontaine St Michel
Marche vers le Sénat
puis prise de parole/rassemblement devant le Sénat (Angle Vaugirard/Tournon
)

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans communiqués nationaux
commenter cet article
20 janvier 2016 3 20 /01 /janvier /2016 12:41

La Confédération Nationale du Logement dénonce avec fermeté la condamnation des huit syndicalistes CGT de Goodyear Amiens à 9 mois de prison ferme. Elle s’inquiète par ailleurs du caractère politique répressif de cette condamnation, sans précédent pour le mouvement social dans toute l’histoire de la Vème République.


La semaine dernière, huit anciens salariés de l’entreprise Goodyear ont été condamnés à 24 mois de prison, dont 9 mois ferme, pour avoir retenu en 2014 pendant plusieurs heures, deux de leurs dirigeants dans le cadre d’une mobilisation pour leurs emplois.


Cette peine, qui intervient alors que les deux dirigeants en question ont retiré leur plainte, revêt un caractère hautement politique.


Depuis les attentats de novembre, le gouvernement se sert des pouvoirs que lui confère l’état d’urgence sans lien avec la lutte contre le terrorisme, en assignant à résidence des militants progressistes.


Aujourd’hui, il tente d’intimider des syndicalistes qui défendent leurs emplois au lieu d’apporter des réponses satisfaisantes à la lutte contre le chômage. Cette tentative de criminalisation de l’action collective doit cesser !


Plus que jamais, il est indispensable de préserver les libertés syndicales et associatives dans de la société dans son ensemble.


Aux côtés des habitants, des consommateurs, des salariés, les actions de terrain des organisations syndicales et associatives permettent une défense effective des droits des usagers et des salariés, participant ainsi à l’amélioration du vivre ensemble.


La CNL assure de son soutien les huit syndicalistes de la CGT Goodyear et demande au procureur de la République d’abandonner immédiatement l’ensemble des poursuites qui pèsent à leur encontre.

Repost 0
Published by cnl.pantin.over-blog.com - dans communiqué national
commenter cet article